lg-share-en-8329438

Cartes sur table sur le Bodybuilding Sans Dopage avec Mario Bracco
Par Dany Milette et Mario Bracco

Salutation Mario, je tiens à te remercier très sincèrement de m’accorder cette interview. Je sais surtout que j’ai de nombreux lecteurs canadiens qui auraient grand intérêt à savoir qui est Mario Bracco alors c’est pour moi un grand honneur d’accueillir l’un de mes mentors sur Bodybuilding Sans Dopage. J’aimerais beaucoup que tu puisses partager l’ensemble de ton parcours très inspirant mais surtout, je voudrais que les gens puissent découvrir ta vision, tes valeurs et tes convictions profondes en tant que défenseur d’un Bodybuilding Sans Dopage.

Selon toi, qu’est-ce qui affecte ou tue au plus haut point « la bonne santé » du bodybuilding sans dopage actuellement et qu’est-ce que ça va prendre pour que ça change une fois pour toutes?

Salutations, Dany, ainsi qu’à l’ensemble des fidèles de « Bodybuilding Sans Dopage »!

Que de chemin parcouru depuis l’époque où je t’ai connu sur le forum français « body info »! Je me souviens de toi comme quelqu’un de déterminé et de passionné, de tes débuts où chaque information valable pour toi, était immédiatement testée au gym, mais pas forcément approuvée car tu comprenais déjà vite l’importance des sensations musculaires que chaque méthode pouvait t’apporter ou pas…

Mon parcours :

J’ai 50 ans, je pratique la culture physique depuis l’âge de 15 ans, je mesure 1,80 et pèse 84/86kg hors saison et 78/79 kg en compétition… ancien gymnaste (à 5 ans), judoka, rugbymen, boxeur, j’ai également été double champion du Monde Culturisme Naturel, 3 fois vice champion du Monde, Quintuple Champion du Monde par équipe, Champion d’Europe, double champion de France, tout cela en -80kg, ainsi que le titre le plus convoité : Champion de France toutes catégories… J’ai eu la grande chance de représenter la France à New York lors des championnats de bodybuilding Naturel des États Unis, en devenant Vice Champion, une vraie fierté, sachant que ce pays est la Mecque du bodybuilding… Globalement, content de mon parcours en haut niveau, mais surtout du travail effectué!

Aujourd’hui je suis Head Coach, Nutritionniste Naturopathe, Consultant, Conférencier, et je prépare un livre destiné à tout public désirant accéder à un physique équilibré, harmonieux et en bonne santé; tout cela dénués de colorants synthétiques, d’additifs, d’arômes artificiels, de produits chimiques mais surtout construit à partir d’aliments sains et naturels pour les muscles et l’organisme!! J’insiste sur le mot « naturel » qui représente plus qu’un concept, il est (ou plutôt devrait être) l’essence même de la philosophie du Bodybuilding… de la vie!

Toute ma vie je me suis attelé à comprendre les mécanismes du corps humains, aussi bien biomécaniques que physiologiques; Évidemment, cela n’a pas été simple car toute cette masse organique et psychique que nous portons tous les jours, a besoin d’être réellement respecté afin de réussir au mieux notre construction musculaire, notre capital énergétique, notre capital régénération, notre capital performance, et notre capital bien être.

Parlons du CULTURISME…

Un des intérêts fondamentaux du culturisme réside dans le fait qu’il développe, mais qu’il développe harmonieusement.

Mot malchanceux, à la fois incompris, bafoué, mais en même temps magique que l’on n’ose plus prononcer et que l’on remplace (suivant la tendance, le niveau ou l’environnement) par CULTURE PHYSIQUE (signifiant peut être qu’il existe au niveau de la personne physique une possibilité de culture , à savoir « éducation », « connaissance » (naitre avec) et « éthique » (art de diriger sa conduite) ) ou BODYBUILDING (voulant sans doute plus parler de la construction du corps au sens « maçon » du terme).

Personnellement je pencherai plus vers l’interprétation de la culture physique, qui met plus l’accent sur l’importance et la valeur des moyens.
Historiquement, la culture physique est née en tant que discipline autonome des autres activités sportives, lorsqu’un certain nombre d’amateurs éclairés mirent au point des méthodes de développement systématique des groupes musculaires, pensant à juste titre que la sédentarité était néfaste pour la santé et que les différentes disciplines sportives pratiquées isolément étaient insuffisantes et déséquilibrées.

Il leur était apparu qu’une pratique régulière de la musculation, tenant compte de la répartition des masses musculaires dans le corps humain, devait aboutir à l’harmonisation de ce corps, à l’augmentation du niveau des performances sportives et à l’amélioration de la santé globale, physique et morale : « Mens sana in corpore sana ».

Déjà à ce stade, apparaissait le concept de culture physique impliqué dans une démarche beaucoup plus large que celle du simple développement musculaire, puisque la bonne santé morale pouvait être induite par une bonne santé physique. Ce bon développement nécessitait un travail qui fut peu à peu codifié, mais de façon souvent empirique.

Une des différences entre un humain et un animal réside dans le fait que l’homme doit être pris en charge et amené peu à peu à un certain niveau. Le jeune mustang, dans son univers de prairies, arrive seul et très vite à une espèce de perfection physique; quoi de plus éblouissant que de voir ces magnifiques animaux galoper crinières au vent!!… le ralenti de la caméra nous offre ce saisissant spectacle, et nous fait comprendre l’importance d’une musculature puissante et harmonieusement développée, d’une coordination neuro musculaire parfaite, pour obtenir cette précision et cette efficacité dans le mouvement. Le gymnaste qui exécute un enchainement au sol ou des changements de mains à la barre fixe, en une fraction de seconde, nous offre aussi ce vertige.

De l’un à l’autre quelle différence? L’animal, comme l’homme, possède dans ses chromosomes une programmation génétique qui le destine à un devenir morphologique et intellectuel.

Il est étrange que l’adulte ait perdu la faculté instinctive de se mouvoir, et la sédentarité constitue aujourd’hui un des facteurs de risque des affections cardio-vasculaires, redoutable fléau des temps modernes. Fort heureusement, Parents (pas la majorité malheureusement) et éducateurs sportifs font tout pour ne pas priver de mouvement ce « chef d’œuvre » en péril !!

La culture physique considérée comme austère, trouve cependant sa place et un regain d’intérêt pour l’équilibre et l’harmonie du corps. Malheureusement, une mauvaise compréhension, donc une mauvaise réputation du culturisme font que, malgré cela, son importance est sous estimée. Certainement un discrédit de cette discipline lié à un « mauvais usage. »

… essayons d’en comprendre les raisons…

En premier lieu, il faut citer l’incompétence de soi disant coach sportif ou professeurs de culture physique qui, sans aucune connaissance anatomique, physiologique, gèrent leurs coaching « sauvages », soustraites à tous les contrôles et toutes règlementations. Les entrainements y sont conduits sans aucune étude préalable de la morphologie des sujets, de leur capacité à l’effort, de l’état de leurs systèmes cardio-vasculaire et respiratoire; quel que soit leur âge, leur sexe, leur mode de vie, ils sont lancés dans une aventure qui risque d’être très préjudiciable pour leur santé.
** petite note : 1) les autorités médicales, universitaires et administratives françaises sont incompétentes en matière de bodybuilding; 2) certains fonctionnaires incompétents, chargés de délivrer les brevets d’États (Brevets Professionnels), se comportent souvent en véritables escrocs; 3) Le bodybuilding est le seul sport où l’on voit des champions reconnus depuis plus de 20 ans faire encore des progrès.

En second lieu, il faut démystifier le rôle de la culture physique en tant que remède magique : un certain infantilisme est observé chez beaucoup d’individus, culpabilisés par leur aspect physique.

Les publicités (souvent mensongères) promettent des miracles, « résultats garantis», vite fait bien fait « vous perdez vos kilos superflus en 22 secondes, sans effort », et déjà l’on rêve de devenir, avant l’été prochain, ce bel éphèbe ou cette belle appolone (pas simone hein?) aux hanches minces et aux larges épaules aperçus sur une plage, semant la panique parmi les belles et beaux baigneurs !!

Non, la culture physique n’a jamais prétendu être ce miroir aux alouettes qui brille et attire les crétins(es)… la culture physique apporte beaucoup de choses, mais seulement à celles et ceux qui sont bien conseillés, bien guidés, seulement à celles et ceux qui travaillent beaucoup et qui connaissent les limites de leurs possibilités.

En troisième lieu, je pense qu’il faut écarter de l’optique la notion de « phénomène », à vrai dire toute chose a ses excès, toute pratique ses démesures, et le culturisme peut avoir excès et démesures… Je pense qu’on aime ou n’aime pas le muscle, point !!

On peut discuter des heures, des mois, des années sur le profil type de la beauté corporelle, et chacun a le droit de trouver admirable une femme et un homme avec une musculature bien prononcée et saillante. On peut battre des records pour satisfaire son narcissisme ou pour s’enrichir matériellement, mais ces domaines ne sont points les miens, d’autant que pour y parvenir, la plupart de certains pratiquants usent et abusent de moyens dangereux; par ex, la consommation d’anabolisants hormonaux (androgènes de synthèse); rien ne saurait justifier une telle pratique que je condamne sévèrement. Mais ce phénomène du dopage empoisonne la plupart des sports et pas seulement la culture physique.
** Beaucoup de champions qui se donnent librement totalement à leur art, sont prêts à sacrifier leur virilité et leur vie, ou leur féminité et leur pouvoir de donner la vie…

Le culturisme doit posséder 2 qualités fondamentales

– La Mesure : c’est-à-dire l’équilibre!!.. Le développement de chaque groupe musculaire doit se faire sans oublier ni privilégier un seul aspect, sous peine de dérèglement.

– L’Honnêteté : c’est-à-dire l’aptitude à ne pas tricher avec soi-même ou avec les autres, dans l’appréciation ou l’utilisation des moyens ainsi que dans l’évaluation des résultats… C’est aussi de vivre le culturisme autrement que comme une recette, mais comme une éthique du corps à la manière de nos plus nobles civilisations (greco-latines en particulier)

Diététique de la culture physique

je rejoindrais 2 citations, l’une de Jean Texier (culturiste émérite) : « nous sommes condamnés à devenir savant », et l’autre du docteur Pierre Couturier : « Il n’est plus possible de rester ignorants des rapports qui existent entre l’esthétique, l’harmonie du corps et la santé tout court : nous sommes condamnés à devenir « beaux ». »

Médias :

L’évidente mauvaise foi avec laquelle on parle des culturistes, et la complaisante ignorance qui accompagne les commentaires des journalistes ne sont pas faits pour aider cette formidable discipline respectable et de grande valeur.

Jusqu’ici êtes-vous satisfait du contenu de cette interview? Merci beaucoup pour votre soutien envers BBSD en la partageant avec vos amis!

Je vois que plusieurs athlètes de la FFHMFAC (seule fédération reconnue par l’État en France) ont décidé de se tourner vers Musclemania. Sur le site web, il y a mention de test anti-dopage. Cependant une athlète qui a remporté l’overall en figure, m’a confirmé qu’il n’y a eu aucun test anti-dopage lors de la récente compétition de Musclemania Canada qui a eu lieu à Montréal. Que penses-tu des fédérations dites « naturelles » comme Musclemania et des athlètes qui prennent cette direction-là maintenant en France ou ailleurs?

Fusse une époque j’aurai mal réagi, aujourd’hui, je m’en fou … je ne suis pas cadre à la FFHMFAC pour pouvoir juger les uns et les autres!! Qu’ils se mouillent un peu!!!!!!

Chacun gère son parcours de « vie » et est sensé aller où bon lui semble le mieux…
Si la FFHMFAC n’est pas capable de retenir ses athlètes, elle n’a qu’à s’en prendre à elle-même!!…

Personnellement, j’ai fait toute ma carrière de culturiste dans cette Fédération et à l’UIBBN (union Internationale de Body Building naturel); à ce jour je n’en retire que de la satisfaction personnelle… fier d’avoir représenté le culturisme naturel dans mon pays et dans le monde.

Que penses-tu des athlètes qui se disent naturels, qui affirme qu’ils ont remporté par exemple des championnats nationaux dans des fédérations non-naturelles en plus de monter sur le podium au niveau international à l’Arnold Classic ainsi qu’au championnat du monde de l’IFBB? Certains affirment même qu’il est possible d’arriver à ses fins même contre des athlètes qui font l’usage de substances illicites.

J’appelle ça des petites « zézettes »… ils viennent volontairement dans une fédération naturelle chargés comme des gros trucks, parce qu’ils n’ont certainement rien réussi ailleurs ou bien alors veulent se racheter une conscience en disant aux autres : « vous avez vu, je suis naturel !! »

Si ça les rend heureux, pourquoi pas, mais qu’ils sachent qu’ils peuvent quand même se faire exploser en compétition par un culturiste Naturel !!!!

Dernier point : Beaucoup se droguent car ils veulent absolument la 1 ère place en compétition… Qu’ils sachent que cette place est réservée à l’athlète le plus harmonieux, au plus beau relief et volume musculaire à l’échelle humaine…

Qu’est-ce que tu pourrais dire aux athlètes ou les simples passionnés de musculation qui ont recours au dopage qui s’attribuent en quelque sorte les saines valeurs de ceux qui prône réellement un investissement sans dopage? Tu te sens comment face à cela?

Personnellement j’ai toujours milité pour un sport éthique et propre… quel qu’il soit!!

Celles et ceux qui se vantent d’avoir des valeurs saines tout en se dopant sont simplement des imposteurs. Point !!

Que pourrais-tu dire également aux athlètes qui ont recours au dopage qui participent aux compétitions naturelles et testés ainsi qu’aux entraineurs qui les guident dans cette voie? Je ne comprends pas ce qu’ils y gagnent en faisant cela…

L’imposture n’est pas mon credo… je laisse ces coach et athlètes face à leur propre conscience…

Pour terminer, je sais que les passionnés d’entrainement qui parcourt ce site sont en quête de références honnêtes afin de leur montrer ce qui peut être humainement possible d’accomplir sans l’usage de stéroïdes et autres produits dopants. Quel est le message d’espoir que tu peux leur donner à ceux-là?

Beaucoup de choses ont été dites dans cet interview, et je te remercie d’avoir pu me permettre d’exprimer mon point de vue.

Juste pour rappel : Le culturisme est, à l’évidence, une histoire ancienne, à en croire les constatations de certains historiens du sport. Il y a 4000ans, nous dit-on, les Assyriens, les Babyloniens, mais aussi les Chinois, pratiquaient l’entraînement avec les poids. Les Grecs et les Romains en faisaient, également, un grand usage. C’était aussi l’exercice des chevaliers du moyen-âge, même s’il demeurait plus ou moins rudimentaire. Quant aux balanciers et aux haltères, ils ont fait leur apparition avec la naissance de la civilisation romaine….

Qu’allons-nous offrir aux générations futures ??? … des seringues et des pastilles génétiquement douteuses??… oh que non!!!… Pourquoi??… parce le bien l’emporte toujours sur le mal!!… Si si, regardez STAR WARS, Les pouvoirs de la force l’emportent contre le côté obscur!!… (sourires)

Prenez bien soin de vous, et sachez que le culturisme est avant tout une philosophie : « Bien dans son corps, bien dans sa tête ».

Merci énormément Mario d’avoir pris de ton temps pour répondre à mes questions. Merci pour l’inspiration que tu me donnes depuis plusieurs années et c’est pour faire honneur à des bâtisseurs comme toi que j’ai voulu mettre en place ce projet qui me tient beaucoup à cœur. J’espère avoir l’occasion de te rencontrer un bon jour.

dany-milette_avatar-6479141